Faites la connaissance du Munchkin, le chat à l’éternelle apparence de chaton

Star des réseaux sociaux, le chat Munchkin semble faire l’unanimité. Pour autant, si vous avez déjà dû en apercevoir quelques clichés sur internet, il se peut que vous n’ayez jamais eu vent de cette race de chats assez particulière… On fait le point sur cet animal très spécial, qui s’avère aussi mignon qu’agréable au quotidien.

Des caractéristiques physiques uniques

Avant toute chose, ce qui rend le Munchkin si singulier, c’est bien son apparence. En plus d’être naturellement doté de pattes dont les os sont très courts, cette race de chats conserve une apparence juvénile qui le rend irrésistible aux yeux des amateurs de boule de poil.

Une apparence de jeune chat tout au long de sa vie

Qu’importe l’âge qu’il ait, le Munchkin conserve en tout temps une apparence de jeune chat, voire même de chaton. Cette impression vient tout simplement du fait que ce chat possède des pattes beaucoup plus courtes que la moyenne des autres races de félidés. Ce « chaton », éternellement caché dans la peau d’un chat adulte, vit entre 12 et 17 ans en moyenne, comme ce pourrait être le cas pour les autres races.

Un félidé aux mensurations étonnantes

Petit mais pas « miniature ». Si le chat Munchkin est parfois considéré et qualifié comme tel, il n’en n’est rien puisqu’il possède un corps tout à fait normal, à l’exception de la longueur de ses pattes qui est effectivement moins étendue que la moyenne.

Une mutation génétique assez ancienne

Lorsqu’en 1983, une jeune américaine se prend d’affection pour une chatte noire qu’elle recueille, et dont les pattes étaient très courtes, elle était sans doute loin de s’imaginer que celle qu’elle avait prénommée « Blackberry » allait faire naître des chatons pour la plupart atteints de la fameuse mutation génétique. Pour autant, si cette modification de l’information génétique semble avoir fait son retour au cours de cette année-là au pays de l’Oncle Sam, ce n’était pourtant pas sa première apparition. Des chats montrant des caractéristiques semblables auraient vu le jour dès le XXe siècle.

munchkin chat

Un chat au comportement normal

La mutation génétique qui lui a donné de courtes pattes ne rend évidemment pas ce chat aux poils courts ou mi-longs impotent pour autant, bien au contraire.

Une mutation qui n’amoindrit pas sa condition

Mis à part sa différence de taille au niveau des pattes, qui pourrait même devenir sa force à l’avenir, le Munchkin est un chat tout ce qu’il y a de plus normal. Cette mutation génétique ne semble en rien constituer un handicap pour ce matou américain. Solides et musclées, bien que courtes, ses quatre pattes ne l’empêchent en aucun cas de batifoler dans les jardins, d’escalader des meubles ou même de grimper aux rideaux, à l’instar des autres chats domestiques.

Un caractère également proche de celui du chaton

Si l’apparence du Munchkin semble rester au stade juvénile tout au long de sa vie, il semble en être de même pour son caractère. Très sociables et actifs, la plupart des Munchkin n’apprécient pas la solitude et ne manquent pas de gentiment solliciter leur entourage quand l’envie leur prend. Bien que le caractère reste une affaire singulière et est propre à chaque chat, le Munchkin devrait pouvoir faire le bonheur de toutes les familles avec des enfants.

chat munchkin

Des Etats-Unis jusqu’en France

Si, à ce jour, le Munchkin n’est pas très répandu en France, c’est bien parce qu’il n’y est pas né. Pour autant, certains élevages commencent à voir le jour depuis quelques années au sein de l’Hexagone.

Un chat venu tout droit des Etats-Unis

Quand donc est apparu ce chat si spécial ? C’est en fait très récent. Ce n’est qu’aux débuts des années 80 qu’une mutation génétique spontanée a donné naissance à ce chat « court sur pattes ». Plus précisément, c’est à une certaine Sandra Hochenedel, éleveuse de félidés en Louisiane (Etats-Unis) que l’on doit la propagation du Munchkin. Originaire de chez nos voisins outre-Atlantique, du côté des Etats-Unis, le Munckin est également surnommé « chat basset », en référence à ce qui pourrait être son homologue canin.

Le Munchkin, un chat encore mal considéré

Sur la toile, le Munchkin fait sans aucun doute l’unanimité. Pour autant, ce n’est pas la même chanson du côté des associations félines. Si l’animal est reconnu comme étant une race de chats à part entière par des associations comme la TICA, The International Cat Association, ou encore le LOOF, Livre Officiel des Origines Félines, d’autres organismes pointent du doigt sa mutation qu’ils qualifient de maladie génétique. Ce, bien qu’il ait été jusqu’à maintenant observé que le Munchkin ne semblait pas souffrir de sa différence.

Related Posts